google-site-verification: google66711e65982fe566.html
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 19:25

.

Un Français produit en moyenne 536 kilos de déchets par an. Seule une faible partie de ces déchets est triée, recyclée ou valorisée. Le reste est incinéré ou enfoui dans des Installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND). En France, environ 40 % des déchets sont ainsi traités. Cette proportion atteint 95 % dans certains pays en voie de développement. En l’absence d’oxygène, les déchets enfouis se décomposent et fermentent, produisant un biogaz riche en méthane, mais également composé de dioxyde de carbone, d’azote, d’oxygène et d’impuretés qui rendent son exploitation très difficile. Le biogaz, lorsqu’il n’est pas capté, contribue fortement au réchauffement climatique, car le méthane est un puissant gaz à effet de serre. Le stockage des déchets est responsable d’environ 5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. En France et dans la plupart des pays développés, les gestionnaires d’ISDND sont tenus de capter le biogaz des déchets ménagers pour prévenir son émission dans l’atmosphère. Il est généralement brûlé en torchère. Quelque 10millions de mètres cubes de biogaz partent ainsi en fumée chaque heure dans le monde. C’est cette ressource inexploitée que Waga Energy s’emploie à valoriser.

.

Fruit de dix années de développement, la WAGABOX® est une technologie de rupture pour la valorisation du biogaz des déchets ménagers: c’est la première unité industrielle capable d’extraire le biométhane de ce mélange gazeux complexe, saturé de dioxyde de carbone, d’azote, d’oxygène et d’impuretés. Le traitement s’effectue en deux étapes: le biogaz émis par les déchets est d’abord filtré par des membranes pour extraire le dioxyde de carbone et les impuretés. Il est ensuite refroidi à température cryogénique pour séparer le méthane de l’azote et de l’oxygène. Analyse de la production en continu La qualité du biométhane produit par la WAGABOX® 1 est analysée en continu par un dispositif mis en place par GRDF au niveau du poste d’injection. Toutes les deux minutes, des échantillons de gaz sont prélevés et soumis à une analyse par chromatographie (séparation des molécules). Si le résultat de l’analyse devait se révéler non conforme avec l’attendu, l’injection de gaz serait automatiquement stoppée.

La WAGABOX® valorise 90 % de l’énergie contenu dans le biogaz — soit trois fois plus que les solutions consistant à le brûler pour alimenter une turbine et produire de l’électricité. Elle peut produire jusqu’à 25 GWh à partir des déchets d’une agglomération de 100 000 habitants.

.

Mise en service le 14 février 2017 sur le site Coved de Saint-Florentin (Yonne), la WAGABOX® 1 est la première unité d’épuration dédiée au traitement du biogaz des déchets ménagers. Conçue, construite et exploitée par Waga Energy, elle produit du biométhane pur, injecté directement dans le réseau de gaz naturel qui alimente les particuliers. Le gisement de biogaz du site Coved permet à la WAGABOX® 1 de délivrer 20 GWh d’énergie par an, et d’alimenter ainsi environ 3 000 foyers ou une centaine de bus. La WAGABOX® 1 est née d’un accord signé entre Waga Energy et Coved le 18décembre 2015. Son développement et sa construction ont été financés intégralement par Waga Energy, grâce à une levée de fonds de 1,8 million d’euros auprès de trois actionnaires (Air Liquide Venture Capital, Starquest Capital et Ovive) et un financement de 2,3 millions d’euros du Programme d’Investissements d’avenir opéré par l’Ademe. GRDF a contribué au projet en construisant 1 900 mètres de canalisation pour raccorder l’unité à son réseau et en installant un poste d’injection sur le site.

« Coved est un groupe très engagé dans la transition énergétique, et nous avons été tout de suite séduits par le potentiel de cette technologie, qui marque une nouvelle étape dans la valorisation du biogaz des déchets ménagers. Le projet s’est déroulé dans d’excellentes conditions grâce à l’enthousiasme de l’ensemble des parties prenantes : il s’est écoulé moins de dix-huit mois entre nos premiers contacts et la mise en service de la WAGABOX® 1sur notre site de Saint-Florentin, ce qui est vraiment un exploit », déclare Philippe de Villeuneuve, directeur de la performance de Coved. Les différents éléments de la WAGABOX® 1 ont été construits dans la région de Grenoble, puis transportés sur le site Coved de Saint-Florentin pour être assemblés. L’unité a démarré en janvier 2017 pour une série de tests. Les résultats se sont révélés parfaitement conformes aux prévisions en termes de rendement et de qualité du biométhane produit. L’autorisation d’injecter dans le réseau GRDF a été obtenue en février 2017. La mise en service de cette unité de traitement unique au monde ouvre la voie à l’exploitation d’une nouvelle ressource énergétique propre, locale et renouvelable : le biogaz généré par l’enfouissement des déchets ménagers. En captant et en valorisant les gaz à effet de serre qu’il contient, la WAGABOX® 1 participe en outre à la lutte contre le réchauffement climatique. Waga Energy a obtenu pour cette innovation le Grand Prix pour la Lutte contre le changement climatique décerné par l’Ademe et le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, dans le cadre des Prix Entreprises & Environnement 2016.

La wabox

La wabox

.

La mise en service d’une WAGABOX® s’effectue dans le cadre d’un contrat tripartite associant Waga Energy, un gestionnaire de déchets et un énergéticien. Waga Energy achète le biogaz au premier et revend le biométhane au second, à un prix comparable, à terme, à celui du gaz naturel d’origine fossile. Waga Energy finance la construction, l’installation, l’exploitation et la maintenance de la WAGABOX®, qui demeure sa propriété. La mise en service d’une unité représente un investissement de l’ordre de 3 millions d’euros pour Waga Energy. Ce modèle économique garantit un fonctionnement optimal de la WAGABOX® et permet un juste partage de la valeur créée avec les différents partenaires engagés dans le projet. Une deuxième WAGABOX® est en cours d’installation dans le département de l’Oise et une troisième entrera en construction à Grenoble en mai 2017. Une dizaine d’autres unités suivront en France mais aussi en Grandre-Bretagne et aux États-Unis. Waga Energy prévoit d’installer une centaine de WAGABOX® dans le monde d’ici 2025.

.

Le développement du biométhane en France est une priorité pour GRDF. C’est le moyen de démontrer que le gaz peut également être une énergie renouvelable. La loi de transition énergétique pour la croissance verte a fixé un objectif de 10%de biométhane dans le réseau de distribution de gaz à l’horizon 2030. La transition énergétique passe par l’exploitation de toutes les ressources à notre disposition et la mise en place d’un mix énergétique équilibré et adapté selon les territoires et les utilisations : décentraliser la production et piloter les réseaux énergétiques afin d’optimiser les consommations. La solution ne sera pas apportée par une seule énergie, mais par leur complémentarité. Le gaz a un rôle crucial à jouer, car il est un complément efficace aux énergies renouvelables (EnR). Le biogaz est un gaz 100% renouvelable produit localement à partir de la fermentation de déchets agricoles, ménagers ou issus de l’industrie agroalimentaire, mais aussi des boues de stations d’épuration ou du captage en site de stockage. Après épuration, il atteint le même niveau de qualité que le gaz naturel et peut donc être injecté dans les réseaux de distribution pour couvrir les besoins des usagers en chauffage, cuisson, eau chaude sanitaire ou carburant. On le désigne alors sous le nom de biométhane. Le biométhane est au cœur de l’économie circulaire et de la mobilité durable. Il agit positivement sur le risque climatique global et contribue à l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement : 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie, avec notamment 10 % de biométhane dans les réseaux de gaz en 2030.

.

La 2ème WAGABOX sera installée sur le site de l’ISDND de ST MAXIMIN dans le département de l’Oise. L’inauguration est prévue fin juin 2017.

L’ISDND de Crépy en Valois n’a pas été sélectionné et le biogaz continuera à être transformé en énergie électrique ou simplement brûlé par une torchère.

.

Ci-dessous le processus de la processus de la Wagabox.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

.

<script>

(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){

(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),

m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)

})(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

 

ga('create', 'UA-46075681-3', 'auto');

ga('send', 'pageview');

 

</script>

<?php include_once("analyticstracking.php") ?>

 

Le processus de la WAGABOX

Le processus de la WAGABOX

Partager cet article

Repost 0
Published by Crépy en valois environnement - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, le pays de Valois, l'environnement
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités