Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 13:11

.

Depuis plusieurs mois, les promoteurs de la décharge du bois du roi, lancent des opérations de charme vers les élus locaux et surtout ces prêcheurs de bonnes paroles essayent d’obtenir la bénédiction des conseillers communautaires de la communauté de communes du Pays de Valois tout en exerçant une pression sur ceux opposés à ce projet polluant.

Pour mémoire, les dirigeants des sociétés PICHETA et COSSON ont fait appel de la décision du tribunal administratif d’Amiens validant l’annulation du PLU d’Ormoy-Villers voté par la nouvelle municipalité et portant un rude coup à la rentabilité du projet.

Ils ont également transmis à la préfecture de l’Oise le dossier d’autorisation d’activité bien que les voies d’accès à la décharge situées sur le territoire de la ville sont interdites aux camions.

.

Le point d’orgue de ces séances d’enfumage tous azimuts fut la réunion de la commission élargie bois du roi 2016 comprenant 4 animateurs de la société « Bois du roi paysagé », et une quinzaine de responsables de la CCPV dont certains sont heureusement toujours opposés à ce projet.

.

Effectivement, le dossier présenté par les envoyés de la société « Bois du roi paysagé », une escroquerie sémantique, semble idyllique. Voici une partie de la liste des avantages les plus significatifs :

  • 25 emplois directs et 50 emplois indirects créés ;
  • 100K€ et 200K€ de redevances pour respectivement la CCPV et les communes ;
  • Un impact de 15 ha au maximum à l’intérieur du bois ;
  • La faune et la flore ne subiront aucune destruction ;
  • Le tourisme reste compatible avec cette activité économique ;
  • Le va et vient des camions est comparé à de l’économie circulaire ;
  • Lutte contre les dépôts illégaux ;
  • Aucun risque pour la nappe phréatique qui alimente de nombreuses communes de la CCPV dont Crépy en Valois ;
  • Les habitants d’Ormoy-Villers ne seront pas gênés par l’activité de ce centre industriel ;
  • Les arguments contradictoires du PNR Oise sont balayés d’un revers de main méprisant par un des animateurs.

Mais de nombreux opposants, associations, scientifiques, élus locaux, habitants de la région sont d’un avis différent et le font savoir :

.

  • Le nombre d’emplois créés est trop optimiste et augmente curieusement depuis plusieurs mois. Par l’exemple, l’ISDND de Crépy en Valois fonctionne avec 7 employés dont certains ne sont pas des locaux. Par ailleurs cette installation, à 5 km du bois du roi, pourrait recevoir les déchets industriels. De plus l’expérience démontre que la proximité d’un centre d’enfouissement de déchets n’empêche pas les dépôts sauvages ;
  • Les montants des redevances ne doivent pas cacher la destruction de l’environnement et les désagréments produits par ce type de projet sur le cadre de vie des populations proches. La tranquillité des habitants d’Ormoy-Villers sera donc perturbée par les nuisances sonores et olfactives provoquées par l’activité du combinat industriel. Des déchets ménagers y seront également entreposés.
  • L’impact de 15 hectares est sous-estimé puisqu’il faut inclure les voies d’accès à la décharge, les incidences négatives sur les GR 11 et 126 et sur les chemins communaux qui seront transformés par la société « Bois du roi paysagé » en larges routes goudronnées pour les camions ;
  • Souvent les mesures dites de compensation sont bâclées, mal ficelées et on ne connait jamais à l’avance les superficies boisées effectivement détruites par ce genre d’activité industrielle (Voir les expériences antérieures malheureuses dans ce bois) ;
  • Il est difficilement concevable que la voie verte actuellement en construction puisse déboucher sur un belvédère panoramique avec l’espoir que les touristes tombent en admiration devant l’activité d’une décharge et acceptent de cohabiter avec les passages bruyants de 200 camions/jour. Activité qualifiée bizarrement d’économie circulaire puisque normalement l’économie circulaire n’a pas pour but de détruire l’environnement.
  • L’aller-retour des poids lourds se fera par la D 136, petite route départementale où la circulation devient très dense et dangereuse à certains moments de la journée ;
  • Le risque de pollution de la nappe phréatique située au-dessous de la décharge est jugé trop important pour jouer avec la santé des habitants du pays de Valois ;
  • Le bois du roi est un élément essentiel des bio-corridors reliant les forêts de l’Ile-de-France à celle de l’Aisne et permettant ainsi le passage des grands animaux ;

.

Pour finir les centres de traitements des déchets industriels banals doivent être ouverts à l’intérieur de zones industrielles adéquates plutôt qu’au milieu de bio-corridors boisés, sensés être protégés.

Depuis une décennie les dirigeants du holding chapeautant la société « Bois du roi paysagé » font le forcing pour imposer cette décharge inutile dans le pays de Valois. Cet acharnement dans un lobbying forcené est à la hauteur des bénéfices confortables que ces personnes pensent réaliser.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

.

UA-46075681-3

Les GR et le bois du roi

Les GR et le bois du roi

Projet de cohabitation de la voie verte et de la décharge

Projet de cohabitation de la voie verte et de la décharge

Localisation de la décharge en rouge

Localisation de la décharge en rouge

Partager cet article

Repost 0
Published by Crépy en valois environnement - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, le pays de Valois, l'environnement
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités